Skip to content

06.01 Une Grande Ville Assignment Definition

Cet article concerne uniquement le milieu urbain. Pour les statuts administratifs et honorifiques ou toute autre signification, voir Ville (homonymie).

Une ville est un milieu physique — le milieu urbain — où se concentre une forte population humaine, et dont l'espace est aménagé pour faciliter et concentrer ces activités : habitat, commerce, industrie, éducation, politique, voie de circulation, transports, culture, etc. Les principes qui régissent la structure et l'organisation de la ville sont étudiés par la sociologie urbaine, l'urbanisme ou encore l'économie urbaine.

Définition selon les pays[modifier | modifier le code]

Selon les pays et le contexte (statistique, géographie, sociologie, etc.), le mot « ville » recouvre différentes acceptions :

  • En Algérie, le terme est utilisé pour une agglomération de plus de 20 000 habitants[1] ;
  • En Belgique, ville est actuellement un titre strictement honorifique, mais néanmoins officiel, qui est octroyé par la voie législative à certaines communes ;
  • En France, l'organisation municipale est devenue uniforme. Pour les statistiques, l'INSEE utilise une définition de la ville selon le critère de l'importance du peuplement et de la continuité de l'habitat : une ville se définit par une population d'au moins 2 000 habitants[2], dont les habitations doivent être à moins de 200 m l'une de l'autre[3]
  • En Espagne, le terme est utilisé pour une agglomération de plus de 10 000 habitants. Il y a, selon les derniers recensements, 303 villes en Espagne (taux d'urbanisation : 69%[4]). Si l'on applique les critères de définition français de la ville, l'Espagne compte au total 760 villes et urbanisée à 79%.
  • Au Portugal, les conditions nécessaires pour qu'une localité ait le statut de ville ("cité" ou "cidade") sont définies par la loi n ° 11/82 du 2 juin 1982[5] qui, sauf lorsqu'il y a "des raisons importantes de nature historique, culturelles et architecturales ", établit qu'une localité ne peut être élevée au statut de ville que si elle a plus de huit mille électeurs, dans un continuum urbanisé. Celui-ci doit disposer au moins de la moitié des infrastructures suivantes : des installations hospitalières avec un service d'accueil permanent, des pharmacies, une ou des casernes de pompiers, des salles de spectacle et un centre culturel, des musées et bibliothèques, des structures hôtelières, des établissements d'enseignement secondaire et primaire, des écoles maternelles et des établissements préscolaires, des transports publics (urbains et interurbains), et des parcs publics ou jardins.
  • En Suisse, une ville est soit une commune de plus de 10 000 habitants[6], soit une commune possédant ce statut depuis le Moyen Âge.

Population urbaine[modifier | modifier le code]

L'Organisation des Nations unies estime en 1950 la population urbaine à 30 % de la population mondiale soit 746 millions d'habitants. 2008 est l'année où – pour la première fois de l'histoire connue – plus de la moitié des humains résident en ville[7]. En 2014, environ 54 % de la population mondiale vit en milieu urbain avec 3,9 milliards de citadins[8].

Histoire[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Histoire urbaine.

Apparition des villes[modifier | modifier le code]

Les premières villes importantes connues apparaissent à la fin du Néolithique, avec la culture de Cucuteni-Trypillia à partir de la fin du Ve millénaire avant notre ère, en Ukraine, Roumanie et Moldavie, ces villes pouvaient atteindre plus de 15000 habitants et s'étendre sur plusieurs kilomètre carrés, elles étaient très planifiées et organisées en plan elliptique concentriques[9].

De grandes villes apparaissent ensuite entre 3500 et 1500 av. J.-C. dans les régions fertiles et limoneuses de Mésopotamie comprises entre le Tigre et l'Euphrate, aujourd'hui l'Irak, notamment avec la ville d'Uruk, le premier grand centre urbain du Proche-Orient ancien, puis en Syrie, en Égypte, dans les vallées du Nil et du Jourdain, et les vallées de l'Indus et du Yangzi Jiang.

La symbolique de la création de la ville[modifier | modifier le code]

Les civilisations occidentale et moyenne-orientale disposent d'un certain nombre de mythes et de récits légendaires ayant trait à la création des villes. Par delà la réalité historique, ces récits nous renseignent sur le sens même donné par les hommes à ces établissements construits par eux, de toutes pièces .

Selon la tradition biblique, Caïn construit la première ville dans le pays de Nod, le pays de l'errance, et la baptise du nom de Hénoc qui veut dire le commencement (Genèse 4, 17-24). C'est là que naissent symboliquement l'artisanat avec Tubalcaïn, le premier ouvrier à travailler les métaux, et les arts avec le joueur de flûte (de chalumeau), Youbal. C'est aussi, avec Lamek, la ville du crime et c'est pour cela que Dieu la détruit par un déluge.
La Bible, dans le canon chrétien, commence avec l'histoire d'une ville, celle d'Hénoc[10], et se clôt dans l'Apocalypse par celle d'une autre ville, la Jérusalem céleste, comme pour signifier que « par amour, Dieu révise ses propres desseins, pour tenir compte de l'histoire des hommes, y compris de leurs plus folles révoltes »[11], à moins que l'avenir de l'homme ne passe par la ville et que la ville elle-même soit le symbole de la perfection du monde à venir. L'homme n'est donc point destiné à revenir un jour dans un paradis perdu, mais à vivre pour l'éternité, dans une ville[12], la Jérusalem céleste où il n'y a plus de temple en son centre, car cette ville est Dieu. Le Jardin d'Éden est interdit de retour aux hommes et c'est pour cela que, symboliquement, Dieu y a placé à l'entrée un ange avec une épée flamboyante.

La Bible est aussi une longue succession d'histoire de villes qui toutes seront détruites y compris Jérusalem et son temple par trois fois, comme si la perfection voulue par les hommes ne pouvait être atteinte en ce monde[13]. La grande ville (Babel-Babylone et Jérusalem) est le symbole de la perdition de l'homme comme le rapporte Jacques Ellul au travers une analyse fine du texte biblique[14], car elle est le milieu créé par l'homme pour échapper au projet de Dieu. La ville, dès les origines, apparaît donc dans sa symbolique du moins, comme la seule voie qui permette à l'homme d'accéder à sa propre humanité en apprenant à « vivre ensemble, égaux et différents » pour reprendre la problématique posée par le sociologue Alain Touraine[15]. La ville au travers le mythe de Babel pose aussi directement, avec la diversité des langues, la question des conditions de l'altérité et c'est au travers cette altérité que l'homme devient civilisé par opposition aux barbares[16]. C'est en cela alors que la ville devient « creuset d'humanité »[17]. Construire une ville est un acte à haut risque où l'homme se confronte avec les dieux créateurs, tel un démiurge. Aussi est-il indispensable de s'accorder les bonnes grâces desdits dieux au travers les rites de fondation avec des sacrifices et des offrandes et les rites de dédicace. La dédicace consiste à placer la ville sous la protection d'un dieu tutélaire particulier.

Les plus anciennes villes importantes connus sont celles de la culture de Cucuteni-Trypillia, de la fin du Néolithique en Europe de l'Est, atteignant déjà plusieurs centaines d'hectares avec une planification évidente. Puis de grandes villes apparaissent entre la fin du Néolithique et le début de la Haute-Antiquité au Proche-Orient dans la plaine alluviale fertile de la Mésopotamie dans un premier temps, puis du Nil, du Fleuve Jaune et de l'Indus, qui facilitent grandement l’approvisionnement en ressources agricoles. L'apparition de villes coïncide avec l'émergence de l'agriculture durant la période du Néolithique. Voir les travaux de Jean-Louis Huot sur la naissance des villes en Mésopotamie notamment[18].

À cette époque, la ville se caractérise par plusieurs éléments :

  • par une délimitation précise autant que symbolique[19] de la ville par un fossé, un palissage ou un mur d'enceinte parfois monumental ; il convient de renvoyer, par exemple, aux nombreux mythes de la création de Rome avec Rémus qui trace le périmètre de l'enceinte avec une charrue. Symboliquement, cette limite qui est aussi une protection distingue deux mondes : celui de la cité (la civis en latin), le monde des civilisés, de ce qui n'est pas la cité, le monde des barbares. Ceux qui ne respectent pas les règles de la cité sont alors bannis, rejetés, mis au ban, c'est-à-dire hors de la cité. De là le mot banlieue : la banlieue n'est pas la cité, ce qui explique parfois ce sentiment de rejet qu'ont les habitants de la banlieue de ne pas être des citoyens à part entière. Citoyen, habitant de la cité.
  • par des rites de fondation dont on retrouve parfois les traces lors des fouilles archéologiques et qui manifestent bien là une intention particulière, un projet qui risque de contrarier les dieux. Il s'agit de rassembler dans une même enceinte des hommes et des femmes de clans et de familles différentes, voire antagoniques, de métiers et de mœurs divers… Il convient alors de faire corps, les sociologues parlent aujourd'hui de corps social qui est plus que la somme des individus qui le composent.
  • par l'apparition d'un espace public qui va être bordé très rapidement par un bâtiment plus grand que les autres (maison du chef, des prêtres, maison commune ?) comme le montrent les fouilles de Jean-Louis Huot en Mésopotamie (op. cit.). L'espace public est sans doute l'élément le plus discriminant pour marquer le passage du village au sens entendu à l'époque — le mot n'existe pas — de la ville. Le village, à cette époque de la fondation des premières villes, est avant tout un habitat précaire fait de huttes et de tentes autour d'un puits. Le village regroupe un clan, une famille au sens large du terme. La ville est un tout autre projet : elle va regrouper plusieurs clans, plusieurs familles, plusieurs métiers…
  • par l'apparition de greniers qui montre que l'on change de système économique et que l'on peut engranger les récoltes, en préserver une part pour les semailles de l'année suivante et aussi échapper aux famines. C'est encore la traduction d'une accumulation de surplus qui vont permettre les échanges et la naissance d'une économie avant même l'apparition de la monnaie.
  • par une superficie importante (la ville mésopotamienne d'Uruk s'étend par exemple sur 400ha) ; la taille n'est toutefois pas discriminante. Il existe de petites villes qui peuvent être de la taille d'un village comme de grandes villes.
  • par une population conséquente et surtout sédentaire (la population de Xi'an est estimée à un million d'habitants 1000 ans avant l'ère chrétienne) pour la ville d'Uruk.

Les raisons de l'apparition des villes sont probablement liées, si l'on en croit l'analyse des économistes, à l'accumulation des richesses des civilisations rurales capables de dégager des surplus de production et surtout liées au développement d'une division du travail. Les cultures relativement intensives du fait des progrès dans la sélection des semences et du bétail comme dans les outils favorisent la richesse et incitent à la spécialisation des personnes dans d'autres domaines que l'agriculture, et tout particulièrement dans les fonctions artisanales et commerciales puis administratives, religieuses ou militaires.

Néanmoins, survivront jusqu'à nos jours, en parallèle, des civilisations nomades qui n'en furent pas moins brillantes et les Hébreux, eux-mêmes Sémites nomades, émigrèrent avec Abram (Abraham) de ces régions où naquirent les toutes premières villes. La lecture de la ville ne peut pas faire l'impasse d'un parallèle avec le nomadisme et ce qu'il en reste encore de nos jours, y compris dans nos imaginaires. Il convient alors de se rapprocher des travaux du sociologue Michel Maffesoli[20]. C'est Caïn — l'agriculteur sédentaire — qui tue son frère Abel — le nomade gardien de troupeaux — que Dieu semblait privilégier.

La ville naît aussi et surtout de la volonté des hommes qui se regroupent autour d'un projet commun, celui de vivre en société. C'est pour cela que l'espace public apparaît comme l'élément symbolique primordial de la fondation de la ville. La ville apparaît alors comme un projet politique au sens étymologique du terme, de polis qui en grec veut dire la cité. La ville n'est donc pas qu'un rassemblement d'hommes et de femmes guidés par des soucis essentiellement fonctionnels (se protéger et se défendre, échanger et marchander…). La ville regroupe sur un territoire donné, des hommes et des femmes et leurs activités avec le projet commun de vivre ensemble, projet plus ou moins explicité d'ailleurs et parfois même sous la contrainte relative d'un leader qu'il soit laïc ou religieux voire les deux à l'époque. C'est avec étonnement qu'Étienne de la Boétie dans son « discours sur la servitude volontaire » au XVIe siècle, s'interroge sur ce qui pousse les hommes nés libres et égaux à abandonner ainsi une part de leur liberté pour vivre ensemble. Sans doute parce que cette vie ensemble est la seule façon pour l'homme d'avenir à sa propre humanité si l'on en croit le philosophe Emmanuel Lévinas qui évoque l'altérité et les conditions de cette même altérité.

Des décisions « politiques » furent à l'origine de la création de villes nouvelles de l'Antiquité à nos jours, mais la finalité reste toujours là même avec souvent le souci de créer sur terre, ici et maintenant, un impossible paradis, une cité idéale. Celui qui nous est promis dans la perspective chrétienne, du moins symbolique, est une ville : la Jérusalem céleste.

L'urbanisation, un phénomène mondial en croissance exponentielle[modifier | modifier le code]

Le XXe siècle a connu une forte croissance de l'exode rural et des villes. L'ONU et la Banque mondiale notent qu'en 2008, pour la première fois dans l’histoire de l’humanité, la population urbaine a dépassé en nombre la population des campagnes ; en 1950, 30 % des humains étaient urbains, la moitié l'était en 2007, et 60 % le seront probablement en 2030 (surtout dans les pays en développement qui selon les prospectivistes devaient accueillir 4 milliards d’urbains en 2030, soit 80 % des citadins de la planète).

Le Nigeria et la Chine encore très ruraux dans les années 1980 dépasseront 50 % d’urbains, et Bombay et Delhi devaient atteindre respectivement 22 et 19 millions, quand Shanghai ou Lagos (Nigeria) auront 17 millions d'habitants chacune. 36 mégapoles devraient abriter plus de 10 millions d’habitants en 2015 (contre 23 en 1998).

Les agglomérations de plus d’un million d'habitants étaient rares au début du XXe siècle. En 2011, on en compte 21 de plus de 10 millions de personnes, presque toutes situées dans les régions en développement d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine. Des zones métropolitaines se chevauchent pour former d'énormes réseaux urbains. En Afrique de l'Ouest, en Chine et dans le nord de l'Inde, ceux-ci peuvent abriter plus de 50 millions d'habitants.

Selon les projections des Nations unies, les villes des pays en développement absorberont la plus grande part de la croissance démographique d'ici 2050 - plus de deux milliards d'individus. 72 % des pays en développement ont adopté des mesures pour endiguer les vagues migratoires vers leurs villes, relève une enquête des Nations unies. Mais considérer l'urbanisation comme un mal en soi plutôt que comme une voie inévitable du développement est une erreur, affirme David Satterhwalte, de l'International Institute for Environment and Development (en) de Londres.

Il n'existe pas de modèle unique pour gérer une urbanisation rapide. Mais certains exemples sont encourageants. L'un d'entre eux est Séoul. Entre 1960 et 2000, sa population est passée de moins de 3 millions d'habitants à 10 millions. Pendant cinq siècles, l'essentiel de la ville resta contenu dans l'enceinte d'une muraille de 16 km, bâtie en six mois par les hommes de Taejo. C'était une cité de lettrés qui comptait quelques centaines de milliers d'âmes, jusqu'à ce que le XXe siècle lui donne un nouvel essor.

Dans les pays pauvres, les bidonvilles croissent souvent au même rythme que l'urbanisation souligne l'ONU, qui craint avec 1,4 milliard d’habitants vivant dans des bidonvilles en 2020 (souvent sans eau ni électricité et sans accès aux services médicaux et sociaux de base) une augmentation de la pauvreté, des maladies et de la violence urbaine. En 2008, environ 1 milliard d'humains urbains vivent dans une grande pauvreté, souvent dans des bidonvilles[21].

La ville, en ce qu'elle se dilue, est peu à peu remplacée dans les études par les concepts de fait urbain, d'urbanité, de métropole, à travers les processus de mondialisation et de métropolisation. Ceux-ci, s'ils encouragent et incarnent la dynamisation économique et fonctionnelle des espaces urbains, sont aussi vecteurs d'inégalités et de fractures sociales, démographiques et culturelles entre les différents acteurs et différentes populations, et d'altérations des milieux. Les promoteurs de la durabilité en ville cherchent des remèdes à ces constats. Le géographe Guy Burgel pointe de nombreux enjeux pour la ville de l'avenir. Il s'agit de trouver les solutions à la discordance croissante entre territoires vécus et territoires de gestion politique, à la disparition progressive de la ville dans les débats publics et les politiques prônées, à la déterritorialisation de la gestion de la ville, à la désolidarisation croissante entre économie et société, à l'effacement du citoyen face à l'usager, etc.

Définitions[modifier | modifier le code]

La difficulté de la définition de la ville tient à ses propres caractéristiques : une taille, mais également des fonctions diverses et surtout une autonomie politique. Pour les géographes contemporains comme Pierre George, une ville se définit comme « un groupement de populations agglomérées caractérisé par un effectif de population et par une forme d'organisation économique et sociale ». On fait aussi souvent la distinction entre ville et village avec les activités dominantes, en tenant compte de la population : la ville n'a pas une activité essentiellement agricole ou artisanale, contrairement au village, elle a aussi une activité commerciale, politique, intellectuelle. Avec cette définition, une ville pourrait être plus petite qu'une agglomération fortement peuplée à partir d'un réseau de communication.

Par le statut ou des critères d'urbanisation[modifier | modifier le code]

Maroc[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Villes du Maroc.

Au Maroc, les villes, telles que définies par le haut-commissariat au Plan notamment chargé du recensement décennal, sont les communes urbaines ou municipalités (ayant le statut administratif de ville) et les centres urbains (unités statistiques) dont disposent certaines communes rurales.

Portugal[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Liste des cités du Portugal.

Au Portugal les villes sont définies par la loi n ° 11/82 du 2 juin 1982[5] selon des critères de population et d'existence d'infrastructures urbaines (voir le paragraphe "Définition selon les pays" ci-dessus).

Par la population et densité de population[modifier | modifier le code]

Le seuil à partir duquel on parle de ville varie selon les époques et les pays. Il pose la question des représentations de la ville selon les pays. Les statistiques des Nations unies montrent les différences de seuil entre les instituts nationaux de statistiques (il en existe presque 200 à travers le monde). Si en France ou en Allemagne, le seuil est de 2 000 habitants agglomérés, il est au Danemark de 200, en Islande de 300, au Canada de 1 000, aux États-Unis de 2 500, en Suisse et en Espagne de 10 000, au Japon de 50 000. Les Nations unies se réfèrent quant à elles au seuil de 20 000 habitants.

Une définition statistique internationale de la population urbaine a été déterminée lors de la Conférence de Prague en 1966.

La densité de population est un des critères possibles, qui est notamment influé par la hauteur des bâtiments. En Europe, les urbains occupent un pourcentage de la superficie totale du continent, mais leur empreinte écologique s'étend bien au-delà de la surface des villes.

La ville consomme plutôt moins de ressources (renouvelables ou non) par habitant que dans les zones de périurbanisation (grâce notamment aux transports en commun, plus efficients, et à de moindres besoins de mobilité) mais, dans les années 1990, une ville européenne d'un million d'habitants consommait environ 11 500 t/jour de combustibles fossiles, 320 000 t d'eau et 2 000 t de denrées alimentaires, en produisant 25 000 t de CO2, 1 600 t de déchets solides et en évacuant 300 000 t d'eaux usées[22],[23].

France[modifier | modifier le code]

Articles détaillés : Aire urbaine (France), Liste des aires urbaines de France, Unité urbaine, Liste des unités urbaines de France, Commune (France) et Liste des communes de France les plus peuplées.

En France, les villes et agglomérations urbaines (par opposition aux agglomérations rurales), sont désignées sous le terme unique d'unité urbaine, leur délimitation est fondée sur l'unique critère de continuité de l'habitat. Les agglomérations peuvent donc être constituées d'une ou plusieurs communes sur le territoire. Les limites sont redéfinies en fonction des divers recensements. La première définition de l'unité urbaine date de 1954, à l'occasion d'un recensement de la population[24]. Actuellement, les limites statistiques proposées par l'INSEE sont les suivantes : lorsque l'agglomération rassemble moins de 2 000 habitants, il s'agit d'un village ; entre 2 000 et 5 000 habitants, il s'agit d'un bourg ; entre 5 000 et 20 000 habitants, il s'agit d'une petite ville ; entre 20 000 et 50 000 habitants une ville moyenne, entre 50 000 et 200 000 habitants une grande ville ; au-delà, les géographes parlent de métropole[25]. Le bourg, premier échelon dans la hiérarchie urbaine, marque ainsi le seuil arbitraire[26] — seuil fixé en 1856 sous le Second Empire par la Statistique générale de la France — entre les agglomérations habitées par des ruraux, des villageois, et, à partir de 2 000 âmes, des agglomérations habitées par des citadins qui relèvent de l'urbanité[27].

Depuis 1988, il existe un Conseil national des villes, qui a pour mission de conseiller le gouvernement sur les réformes à promouvoir en faveur du développement des quartiers en difficulté. Le CNV se concentre essentiellement sur deux domaines: la politique d'aide aux victimes et la prévention de la délinquance[28].

Suisse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Villes de Suisse.

Par tradition[modifier | modifier le code]

Pays-Bas[modifier | modifier le code]

Aux Pays-Bas, une agglomération est considérée ville si elle a obtenu des droits de ville[29] au Moyen Âge, ou si une coutume s'est développée, par exemple à cause de la taille de la population ou le rayonnement de la ville. Depuis la réforme de la constitution néerlandaise de 1848, il n'y a pas de distinction légale entre les villes et les villages aux Pays-Bas.

Suisse[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Villes de Suisse.

Par gradients d'urbanité[modifier | modifier le code]

Au-delà des seuils permettant selon les critères précités de définir ce qui est une ville ou ne l'est pas, il est possible de définir ce qui fait l'urbanité. Cette dernière associe deux facteurs : la densité et la diversité des objets de société dans l’espace[30]. On peut qualifier chaque entité urbaine en fonction de l’intensité de son urbanité, on parle alors de gradients d'urbanité. On ne peut préjuger d’un caractère régulier d’une forte urbanité au centre et qui diminuerait vers la périphérie. À cette fin, on peut établir des géotypes qui permettent de qualifier des sous-espaces, de l'urbanité la plus importante à l’urbanité la plus faible[31].

Typologie[modifier | modifier le code]

Malgré la diversité des situations, il est possible de dresser une typologie des villes :

Par l'origine[modifier | modifier le code]

Différents facteurs ont présidé à la fondation ou au développement des villes à travers l'Histoire. Le site et la situation de la ville sont des facteurs primordiaux lors de son établissement . Voici quelques exemples :

  • villes fondées au bord d'un cours d'eau (voie de communication fluviale et point de franchissement) : Angers, Bagdad, Budapest, Buenos Aires, Belgrade, Genève, Londres, Lyon, Paris, Séville ;
    • villes fondées au bord d'un cours d'eau ou d'une mer, spécifiquement au début ou en fin de bief navigable : Assouan, Brazzaville, Kinshasa, Kisangani, Livingstone, Matadi, Suez ;
    • villes fondées au bord d'un cours d'eau, spécifiquement pour le franchissement par un pont ou un gué : Bruges (« pont »), Maastricht (« franchissement de la Meuse »), Oxford (« gué du bœuf ») ;
  • villes fondées sur un emplacement propice au développement d'un port : Alger, Amsterdam, Anvers, Barcelone, Beyrouth, Copenhague (« port commercial »), Gdansk, Gênes, Istanbul, Liverpool, La Havane, Hambourg, Karachi, Los Angeles, Marseille, Valparaíso ;
  • villes fondées ou développées pour des motifs militaires : Brest, Toulon, Ndjamena, Volgograd ;
  • villes développées par les activités commerciales : Bergen, Bordeaux, Bruges, Hong Kong, Lübeck, Venise ;
  • villes développées par les activités industrielles : Chicago, Détroit, Dortmund, Eindhoven, Manchester, Mulhouse, Pittsburgh, SeraingShenzhen ;
  • villes créées pour devenir une nouvelle capitale : Abuja, Brasilia, Canberra, Chandigarh, Freetown, Gbadolite, Islamabad, Louxor, Naypyidaw, Ottawa, Saint-Pétersbourg, Washington ;
  • villes fondées par des conquérants ou des colons : Abidjan, Alexandrie, Arles, Bombay, Cologne, Kairouan, Le Caire, Le Cap, Marseille, Madras, Narbonne, New York, Québec, Rio de Janeiro, Pretoria, Vladivostok ;
  • villes développées du fait de la proximité d'une ressource naturelle : Alice Springs, Johannesburg, Kimberley, Kiruna, Kitwe, Lubumbashi, Manaus, Potosi ;
  • villes développées du fait religieux : Jérusalem, Liège, Lourdes, Médine.

Par la fonction principale[modifier | modifier le code]

  • ville industrielle : le secteur secondaire occupe une part importante de la population ; exemples : villes de la Ruhr, Wolfsbourg, Shenzhen, Anshan, Ciudad Juárez, Calcutta, Détroit, Katowice, etc.
  • ville administrative, les capitales nationales ou des États fédérés : Berne, Yamoussoukro, Abuja, Bruxelles, Berlin, Washington DC, Brasilia, La Haye, Ottawa, etc.
  • ville touristiques :
    • culturel : Paris, New York, Venise, Barcelone, Rome, Vienne, Moscou, etc. ;
    • balnéaire : Nice, La Baule, Arcachon, Biarritz, La Grande-Motte, Miami, Cancún, etc. ;
    • thermal : Aix-les-Bains, Évaux-les-Bains, Évian-les-Bains, Spa, Karlovy Vary, Baden-Baden, etc. ;
    • hivernal : Davos, Chamonix, Villard-de-Lans, Crans-Montana, Morzine, Samoëns, etc.
  • ville portuaire : qui s'est développée grâce à son port Anvers, Marseille, Singapour, Hambourg, Rotterdam, Szczecin, Hong Kong, Durban, Cotonou, Abidjan, Dunkerque, Le Havre, Dakar, Saint-Nazaire, Douala, etc.
  • ville universitaire : Boston, Chicago, Montréal, Oxford, Heidelberg, Rouen, Grenoble, Louvain-la-Neuve, Marbourg, Poitiers, Cambridge, Florence, Montpellier, Abomey-Calavi, Lund, Toruń, etc.
  • cité militaire (ville forteresse) : Metz, Belfort, Besançon, Grenoble, Briançon, etc.

Par la taille[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Aire urbaine.

Les grandes villes sont le produit de l'étalement urbain ainsi que de la concentration des pouvoirs stratégiques de commandements dans de multiples domaines (politique, administratif, économique, culturel, militaire, etc.). On utilise généralement le terme de métropole pour désigner les grandes villes issues d'un processus de métropolisation. Toutefois, de nouvelles expressions permettent de les distinguer, notamment selon leur rayonnement au niveau mondial :

Dans le monde sont observées certaines régularités statistiques dans les distributions hiérarchiques des villes, d'où l'application de lois de probabilité qui cherchent à rendre compte des relations rang-taille des villes[32] :

  • la loi de Zipf (1949) qui établit la relation entre la population de chaque ville et son rang hiérarchique dans un classement par nombre d'habitants. Selon cette loi, la relation serait une constante : une ville de rang 2 a la moitié de population que la ville de rang 1 dite « primatiale ». Dans un espace donné, la taille de la ville la plus importante détermine celle des autres villes. Cette loi souffre de nombreuses exceptions, comme en Chine où la relation est décroissante[33].
  • la loi de Davis (1972) selon laquelle la population totale d'une classe de villes est constante quand la taille des villes varie d'un facteur 2 (par exemple, s'il y a 80 villes de 10 000 à 19 000 habitants, il y en a 160 de 5 000 à 9 000 habitants).

Iconographie panoramique[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. ↑Loi no 06-06 du 21 Moharram 1427 correspondant au 20 février 2006 portant loi d'orientation de la ville, sur le site joradp.dz
  2. ↑Ville - définition, sur le site insee.fr, consulté le 6 janvier 2013
  3. ↑Unité urbaine - définition, sur le site insee.fr, consulté le 6 janvier 2013
  4. ↑« population urbaine, Espagne »
  5. a et b(pt)« Extrait du journal officiel », sur Site électronique du journal officiel de la République Portugaise (https://dre.pt), (consulté le 25 février 2018)
  6. ↑[PDF]Les niveaux géographiques de la Suisse, Recensement fédéral de la population 2000, p. 149, OFS, Neuchâtel 2005, Auteur(s): Martin Schuler, Pierre Dessemontet, Dominique Joye, (ISBN 3-303-00300-9)
  7. ↑(en)Department of Economic and Social Affairs - Population Division, World Urbanization Prospects The 2007 Revision, Organisation des Nations unies, , 2030 p., PDF (lire en ligne), p. 2.
  8. ↑(en)Department of Economic and Social Affairs - Population Division,, World UrbanizationProspects : Revision 2014, Organisation des Nations unies, , 27 p., PDF (ISBN 978-92-1-151517-6, lire en ligne), p. 1.
  9. ↑Site entièrement dédié à l'archéologie de la culture Cucuteni-Trypillia, http://www.trypillia.com
  10. ↑Genèse 4.17
  11. ↑Frédéric Rognon, Jacques Ellul : Une pensée en dialogue, éd. Labor et Fides, 2007, p. 86[lire en ligne]
  12. ↑Jacques Ellul, Sans feu ni lieu : signification biblique de la Grande Ville, Paris, Gallimard, collection Voies ouvertes, 1975, p. 230-237
  13. ↑RACINE Jean-Bernard, La ville entre Dieu et les hommes, Paris, Anthropos-Economica, 1993
  14. ↑ELLUL Jacques, Sans feu ni lieu : signification biblique de la Grande Ville, Paris, Gallimard, 1975.
  15. ↑TOURAINE Alain, Pourrons-nous vivre ensemble ? Égaux et différents, Éd. Stock, Paris, 1997
  16. ↑TASSEL François-Xavier, Babel, une chance pour les hommes, Cahiers des Amis de Roger Girard no 4, Paris, 2009, (ISBN 978-2-906031-70-8)
  17. ↑TASSEL François-Xavier, La ville symbolique et creuset d'humanité, Revue Villard de Honnecourt no 63, Paris, 2006, (ISBN 2-901628-52-4)
  18. ↑HUOT Jean-Louis, Les premiers villageois de Mésopotamie. Du village à la ville, Armand Colin, Paris, 1994.
  19. ↑TASSEL François-Xavier, Les enjeux de la limite urbaine, Revue Arts et Sciences no 5, Éd. Confluences, Bordeaux, 1998
  20. ↑MAFFESOLI Michel, Du nomadisme. Vagabondages initiatiques, Paris, Le Livre de poche, « Biblio-Essais », 1997
  21. ↑Rapport de prospective de l'ONU sur l’urbanisation, World Urbanization Prospects, octobre 2006
Panorama de Londres en février 2008.

Do you need help with with essay, research paper, homework or even dissertation?

Visit our website - https://goo.gl/HKbmHS (assignmenthelp24.com)

=================>>>CLICK HERE<<<=================

=================>>>CLICK HERE<<<=================

=================>>>CLICK HERE<<<=================

=================>>>GET ASSIGNMENT HELP<<<=================

=================>>>GET ASSIGNMENT HELP<<<=================

=================>>>GET ASSIGNMENT HELP<<<=================

templates for resume and cover letter

lens comparison essay topics

ged writing essay practice test

free essay chrysanthemums

eagle scout personal statement requirement 7

essays honor

dead poets society poetry assignment for high school

secondary 2 9.4-9.5 assignment of contract

journal article cover letter example

watership down book trailer assignment

news report sample essay format

bio critical thinking questions for teens

social problems that need to be solved assignment

sample synthesis essay question

black money in india essay in hindi

work thesis statement

miley cyrus essay

my favorite gadgets essay help

comparative essay writing

bbc chris evans 500 words essay

cover letter for changing People Who Do Homework for Money careers

vl12 ucas personal statement

research paper works cited generator poem

english essayist People Who Do Homework for Money co founded the spectator bird

law cover letter People Who Do Homework for Money clerkship rotations

tok essay personal example requirements

essay structure nzqa

aids research paper introduction

wscai law day essay

star trek online crew assignments restaurant

a level art coursework examples of figurative language

essay on my parents and me

journal article review assignment example on social work

sample irish essay on the environment

ignou mcs-023 solved assignment 2013-14 nba

harmy despecialized edition comparison essay

friendly essay

ktip lesson plan reflection essay

law dissertation sample

real essays with readings chapters

grammar rubric for essay

example of research paper table of contents

wkhtmltopdf footer example for an essay

ocr food technology coursework examples of idioms

bar passers california essay workbook for kids

medical case study sample template

essay on doretha dix

were the gunpowder plotters framed essay outline

john deere case study on operation management

uongozi institute essay 2015 corvette

silk road map assignment rubric

my weird and People Who Do Homework for Money wonderful family essay

essay on my drawing room setting

holgate academy homework hub scholastic

sidbi role in mudra essay scholarships

critical thinking applied to nursing

title ideas for reflective essays on management

abortion risks essay conclusion

write good narrative essay

good cover letter examples for research assistant resume

maruti suzuki india ltd case study

dwellers in darkness august derleth bibliography

eservices quality expectations a case study

essay on thatcherism

daniel weintraub essay

essay in marathi language on my favourite hobby

elijah anderson code of the street essay definition

null-pointer assignment partition beyonce

critical writing examples essay for scholarship

epigrams in essays

cornell financial engineering admission essay

is government capitalized in an essay

essayer des lunettes de vue

landscape photography dissertation ideas education

culture of enterprise essay contest

story of an hour analytical essay

zeitplan expose dissertation beispiel

john proctor a tragic hero essay

seitenanzahl dissertations

cs504 People Who Do Homework for Money assignment 3 solution fall 2016 trends

law2106 assignment of mortgage

leaving cert history essay titles about myself

college board english language sample essays

commercial revolution dbq essay

literary and philosophical essays and correspondence

a2 media coursework ideas

smu assignment mba answers

plagiarism for students funny homework

essays on library

mapc ignou solved assignment 2015 movies

state-sponsored terrorism definition essay

writing a person centred case study

critical thinking and clinical reasoning in nursing

comic book grading guidelines for essays

k.c. undercover get that assignment

the crucible vs the holocaust compare and contrast essay topics

lesson 2 homework practice sequences and series

read real japanese essays

loyka case study analysis in education

acusada a los 17 critical thinking

5 paragraph essay on easter island

short story coursework

grenzrate der transformation beispiel essay

medical school sample essay

loaded dog henry lawson essay examples

need help on math homework

self management team essays

cbvrsb homework assignments

cover supervisor personal statement

essay booker t washington

college essay prompts 2014-2015

neil gaiman bibliography chronological definition

narrative People Who Do Homework for Money bibliography essay

david mamet brain dead liberal essay

published dissertations online umi

dissertation methodology case studies

causes and effect essays topic example analysis

mathematical critical thinking questions examples

essay writing in english for iasc

pet peeve persuasive essays for high school

com3705 assignment 17

steeple analysis case study examples

3 qualities of a good leader essay

dual pathway model of fear definition essay

world religions classification essay on drivers

fork os homework solution

tesl journal research paper

hills like white elephants theme essay introduction

quotes about our military heroes essays

epinephelus malabaricus descriptive essay

essay dance class edgar degas

peeps book trailer assignment

messbare funktionen beispiel essay

list of good transitions for an essay

essay smallest coffins are the heaviest pokemon

britten serenade dirge analysis essay

what to write a satirical essay about

nergis dalal bibliography for websites

06.01 une grande ville assignment definition

the effect of watching television essay

the chrysalids essay ideas for kids

mla quote book in essay mla

google image ads formats for essays

analysis essay on the adventures of huckleberry finn on satire

research paper memo

what up essay t shirt

commitment definition essay sample

mit math research papers

sample lsat essay answers

here by philip larkin essay